Connexion

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

L'inscription est gratuite et ne prend que 30 secondes.
Une fois inscrit, vous aurez un accès total au forum, et pleins d'autres privilèges.

Jeanne et Tony dans l'Ă©pisode 13x16

Scène n°1

  • Timing : de 14'47 Ă  15'29
  • Explications : Dans le cadre d'une affaire qui implique des docteurs au Sud-Soudan, Tony est contraint de recroiser le chemin de Jeanne et de son mari David. Si ce dernier est ravi de revoir ceux qui lui ont sauvĂ© la vie, Jeanne est en revanche nettement plus distante vis-Ă -vis de Tony.

Dr. Taft : Cela fait plaisir de vous voir en chair et en os, David, en pleine forme.
David Woods : Et oui, grâce à ces gars !
Dr. Taft : Et euh, comment va votre femme, l’autre Dr. Woods ? Jeanne, c’est cela ?
David Woods : Oui ! Elle va bien ! Elle est sortie faire une course. Si vous pouviez rester un peu, je sais qu’elle serait ravie de vous voir.
Tony : Oh, peut-ĂŞtre la prochaine fois. Nous sommes juste ici pour faire appel Ă  vos ressources, et nous repartirons.


La porte s’ouvre et Jeanne apparaît, visiblement surprise et dérangée de voir Tony.

Jeanne : Quelles ressources ?
Dr. Taft : DĂ©jĂ  revenue ! Timing parfait !
Jeanne : Oui, parfait. Dr. Taft. Tony.
Tony : Salut, Jeanne.



Scène n°2

  • Timing : de 16'34 Ă  17'10
  • Explications : Tony et le Dr. Taft discutent avec Jeanne et son mari. Innocemment, ce dernier demande ce qu'ont fait les criminels cette fois-ci, et le Dr. Taft commet un impair en mentionnant le vol d'armes. Cela rappelle aussitĂ´t Ă  Jeanne son père (La Grenouille), qui se braque aussitĂ´t en s'imaginant que Tony est venu pour cette raison, ce qu'il conteste.

David Woods : Euh, encore une chose – j’espère que ça ne vous dérange pas que je pose la question – qu’est-ce que votre sale type a fait en fait ?
Dr. Taft : Oh, euh, il a tué un jeune quartier-maître et a volé un tas d’armes apparemment.


Tony lance un regard noir au Dr. Taft qui vient de commette un impair.

Jeanne : Attendez, quoi ?
Tony : Euh non Jeanne, ce n’est pas…
Jeanne : Des armes volées, Tony ? C’est pour ça que tu es là ?
Tony : Non Jeanne, pas du tout. Ça ne nous a même jamais traversé l’esprit.
David Woods : Tu es en train de dire que c’est à propos de ton père ?
Tony : Non, écoute. Je te le jure, c’est à propos de docteurs en Afrique. Ça n’a rien à voir avec ton père.
Jeanne : Ouai, d’accord. Bien. Excusez-moi.


Jeanne sort de la pièce.



Scène n°3

  • Timing : de 23'28 Ă  24'06
  • Explications : McGee affiche la photographie de RenĂ© Benoit sur l'Ă©cran plasma. Alors que Tony lui demande au plus vite de retirer l'image avant que Jeanne n'arrive, cette dernière apparaĂ®t. Lorsqu'elle aperçoit l'image de son père, elle prend Tony pour un menteur et l'insulte. Tony croit alors revivre le fantĂ´me de son histoire passĂ©e avec Jeanne.

Bishop: Par ici. Gibbs, voici le Dr. David Woods, et il me semble que vous connaissez le Dr. Jeanne Benoit-Woods.
David Woods : Tout ce qui peut vous aider, agent Gibbs.
Gibbs : Merci. En réalité, j’aimerais parler à votre femme.


Jeanne découvre l’image de son père affichée sur l’écran.

Jeanne : A propos de ?
McGee : C’est bon, boss.
Jeanne : Tu m’as menti, espèce d’enfoiré.
Tony : Jeanne, nous n’en savions rien à ce moment-là.
Jeanne : Tu m’as juré que ce n’était pas à propos de mon père, mais ça l’était.
David Woods : Jeanne, garde ton sang-froid…
Gibbs : On va discuter de tout ça là-haut, d’accord ?


Jeanne fixe avec mépris Tony pendant un instant, avant de suivre Gibbs.

Tony : DĂ©jĂ  vu.



Scène n°4

  • Timing : de 26'40 Ă  27'25
  • Explications : Tony souhaite une nouvelle fois s'excuser auprès de Jeanne pour le malentendu. Cette dernière demeure distante et très sĂ©vère Ă  son Ă©gard. Elle lui reproche de rĂ©apparaĂ®tre dans sa vie Ă  un moment oĂą elle avait retrouvĂ© son Ă©quilibre.

Tony : Pardon, Jeanne. Je voulais juste m’excuser s’il y a eu une quelconque incompréhension.
Jeanne : Euh, tu peux nous donner une minute ?
David Woods : Bien sûr.


Tony et Jeanne s’écartent.

Jeanne : Hum, qu’est-ce que… je ne comprends pas, Tony ?
Tony: Je voulais que ce soit parfaitement clair que lorsque nous sommes venus te voir hier, ça n’avait rien à voir avec ton père.
Jeanne : D’accord, donc tout va bien maintenant ? Ou trouveras-tu un jour une autre raison de passer me voir ? Et toujours au moment précis où je commence à combler le vide.
Tony : Je pensais qu’après l’Afrique, nous avions enfin mis ce…
David Woods : L’ascenseur est là, Jeanne.


Sans un mot, elle laisse Tony et rejoint son mari.



Scène n°5

  • Timing : de 37'24 Ă  40'08
  • Explications : Tony rend visite une dernière fois Ă  Jeanne Ă  la fin de l'enquĂŞte. Il saisit cette occasion pour lui exposer une nouvelle fois ses regrets. Jeanne lui en veut toujours et aurait prĂ©fĂ©rĂ© ne pas le revoir. Ils se quittent cette fois-ci avec beaucoup moins de chaleur que la première fois.

Tony : Dernière visite, je le jure.
Jeanne : Qu’est-ce que tu veux, Tony ?
Tony : Eh bien, est-ce que David est lĂ  ?
Jeanne : Il est rentré. Nous… Il est rentré.
Tony : Je voulais juste vous dire à tous les deux que l’affaire était bouclée. On a attrapé les méchants, les armes ont été retrouvées, en quelque sorte, et nous n’aurons pas besoin de déranger vos amis docteurs en Afrique.
Jeanne : Bon Ă  savoir. Merci.
Tony : Le plaisir est pour moi. Enfin, je veux dire… pas… Bref, j’ai eu une soirée folle. Tu travailles toujours aussi tard ?
Jeanne : David et moi nous nous sommes disputés, Tony. Toutes ces discussions à propos de toi et de moi et de mon père ont mené à une vraie dispute, ce qui n’arrive jamais. Très rarement.
Tony : Désolé d’entendre ça. Mais, encore une fois, je… je n’avais aucune intention de revenir ici. C’était juste l’affaire, et McGee a dit que…
Jeanne : Peu importe. Ça ne doit plus se reproduire.
Tony : Je le sais. Crois-moi. Ce que tu as dit hier, à propos de moi débarquant juste quand… tu commençais à combler le vide.
Jeanne : Et alors ?
Tony : Je connais ce sentiment. Le fait de ressentir un vide.
Jeanne : Vraiment ?
Tony : Et si j’avais un seul souhait, Jeanne…
Jeanne : Quoi ?
Tony : Je remonterais le temps au moment précis où l’on est revenu du Sud-Soudan. Parce je pense que c’était une bien meilleure fin pour nous deux. (Elle sourit avec ironie.) Quoi ?
Jeanne : J’imagine que je remonterai plus loin. Bonne nuit, Tony.
Tony : Bonne nuit.
Jeanne : Au revoir, Tony.
Tony : Salut.





Retour Ă  la page principale du dossier.

femmestony/13x16.txt · Dernière modification: 2016/02/25 14:53 par Hepha